logo fond

Index de l'article

2ème dimanche-B, homélie du P. Abbé Vladimir Gaudrat

Chers Frères et Sœurs,

L’unique mission de Jean le Baptiste dans le passage de l’Évangile que nous venons d’entendre consiste à nommer Jésus, à le montrer et à révéler son identité, c’est à dire à rendre témoignage. Le rôle de Jean Baptiste dans l’Évangile de Jean se résume d’ailleurs à cela. Quelques lignes plus loin dans l’Évangile, nous le voyons désigner Jésus à deux de ses disciples par des mots qu’il utilise déjà dans le passage que nous venons d’entendre : « Voici l’agneau de Dieu ». Au chapitre trois, il donnera son ultime témoignage disant du Sauveur : « Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse ». « Vous avez envoyé trouver Jean et il a rendu témoignage à la vérité » dira de lui Jésus. Il a vu et rendu témoignage que Jésus est le Fils de Dieu. Il ne le connaissait pas mais il est venu baptiser dans l’eau pour qu’il soit manifesté. Il a reçu cette mission dans la foi. Il a vu l’Esprit descendre et demeurer sur lui. Nous qui avons été sanctifiés dans le Christ Jésus, nous qui sommes appelés à devenir saints comme le dit Paul, notre vie trouve aussi son sens dans le témoignage rendu au Verbe fait chair venu partager notre humanité. Nous devons nous aussi nommer Jésus, le montrer et révéler son identité.
Jésus est l’Agneau, celui qui baptise dans l’Esprit Saint, Il est le Fils de Dieu. Comme Jean Baptiste, nous ne le connaissons, nous ne le reconnaissons que dans la foi et par l’Esprit. Pour pouvoir le nommer, le montrer et révéler son identité, nous devons grandir sans cesse dans la connaissance sous la conduite de l’Évangile et de l’Esprit. La source de notre connaissance et donc de notre témoignage est en quelque sorte double. Nous reconnaissons le Christ lorsqu’il vient à notre rencontre dans le livre des Écritures que l’Église nous ouvre et que l’Esprit nous fait comprendre. Mais il vient aussi à notre rencontre dans le livre des évènements et de la nature, il vient par le chemin des sacrements qui nous font percevoir sa présence au plus intime de nos cœurs. le témoignage que nous avons à rendre passe ainsi à la fois par la vérité des Écritures et par l’humilité de notre vie puisque c’est pour verser son sang pour nous et pour enlever le péché du monde que le Sauveur s’est fait agneau.
En cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens, nous pouvons méditer sur le fait que tous nous avons été baptisé dans un unique Esprit et que notre témoignage doit être marqué du sceau de cette unité que nous n’avons pas à acquérir puisqu’elle nous est déjà donnée mais à manifester.
Que l’Esprit Saint vienne purifier nos cœurs.